Contact avec l’ambassade de l’ INDE à Paris

Pour ceux qui nous suivent depuis la création de notre association APPAFP (Association pour la Protection des Patrimoines et de l’Amitié Franco-Pondichériens) , sachez que nous sommes en contact direct avec l’ambassade de l’Inde, en France.
L’ambassade de l’Inde a accepté de nous soutenir dans notre combat contre les squats, les spoliations et les menaces que nous, Franco-Pondichériens et Pondichériens subissons.

L’ambassade demande à ce que tous les témoignages lui soient transmis par le biais de notre association APPAFP pour éviter toute dispersion. C’est sur quoi nous travaillons avec nos membres.
Si vous connaissez des victimes, qu’elles nous contactent rapidement !
C’est une opportunité que nous ne devons pas négliger.

Actuellement, la majorité de nos membres est constituée de victimes. Mais cela n’est pas suffisant.
Nous invitons aussi tous les Franco-Pondichériens, Pondichériens qui croient aux vraies valeurs indiennes à rejoindre notre mouvement de protestation.
Nous ne cesserons pas de le répéter, n’attendez pas d’être les prochaines victimes pour nous rejoindre.
En effet, en étant très nombreux sous la même bannière, Il sera plus facile et rapide d’empêcher ces actes malveillants plutôt que de résoudre chaque cas de victime qui viendra grossir nos rangs.
Ensemble, nous mettrons la pression sur les autorités françaises et indiennes pour protéger la vie et les biens des Franco-Pondichériens et Pondichériens.
« Mieux vaut prévenir que guérir !».

Notre objectif est d’atteindre les 100 membres. Ce n’est rien comparé au nombre de Français d’origine indienne mais c’est suffisant pour que nos voix se fassent entendre en France et en Inde.

Quant aux victimes, ne baissez pas les bras. Ne croyez pas qu’il suffit de payer pour récupérer ce qui vous appartient de droit et du même coup se débarrasser de vos soucis.
Cela ne fait qu’encourager ces voleurs, qui se prétendent indiens, à continuer dans cette voie cupide et malsaine. Il y aura alors de nouvelles victimes puisque l’argent est facile à gagner et après vous, ce seront vos enfants qui subiront le même sort, tout comme moi.
Ne faites pas non plus confiance à ces hommes haut placés qui ont la prétention d’agir comme le roi Salomon en vous proposant de négocier une « faible » rançon entre vous et les brigands.
Ces hypocrites, qu’il ne faut pas oublier de « remercier » pour leurs « actes royaux », sont les premiers à utiliser des hommes de main pour récupérer leurs biens sans passer par la justice.
« Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais … ».

Mettons ensemble un terme à cette machine bien rodée mise en place et entretenue par quelques parasites qui sont placés à tous les niveaux de poste, à Pondichéry, et qui se nourrissent du fruit des efforts et des sueurs de nos parents depuis trop longtemps!

Nous savons tous qu’aujourd’hui, l’Inde et la Chine font partie des pays les plus riches et que l’Europe subit de plein fouet la crise.
Une crise qu’elle a elle-même créée avec ses spéculations irresponsables.
Pondichéry étant devenu un état riche, si ces prétendus « indiens » veulent de l’argent, qu’ils réclament alors leur dû aux pouvoirs concernés au lieu de continuer à nous dépouiller.

Pour finir, vous devez comprendre qu’il n’y a qu’une seule force capable de faire évoluer les choses en faveur des vraies valeurs indiennes : cette force c’est la vôtre.

Alors soyons solidaires entre nous pour qu’il n’y ait plus jamais de victimes.
Rejoignez-nous pour sauver l’honneur de Pondichéry!

Présentation de l’association

Parce que nous, Pondichériens et Franco-Pondichériens, avons assez que nos patrimoines soient spoliés, squattés ou que nos vies soient menacées.

Parce que nous avons assez d’être méprisés par les autorités locales qui ne nous protègent pas face aux actes de malveillance dont nous sommes victimes.

Parce que nous en avons assez que l’amitié franco-pondichérienne soit bafouée.

Nous vous  avons créé  l’association à but non lucratif APPAFP « Association pour  la Protection des Patrimoines et de l’Amitié Franco-Pondichériens» (prononcez « AP-PA-F-P », « AP-PA » signifiant « Père » en Tamoul).

Nos principaux  objectifs sont :

-De réunir sous la même bannière tous les Pondichériens, les Franco-Pondichériens, les Indiens et les Français respectant les vraies valeurs humaines.

-D’inviter les associations franco-indiennes à nous soutenir dans nos démarches de justice et à créer une Alliance  pour stopper définitivement  ces actes de malveillances.

A travers ce mouvement, chacun de nous pourra bénéficier des conseils et aides  de tous. Nous ferons en sorte que les expulsions de squatters soient faites rapidement, que les procès soient traités immédiatement et que les actes de malveillance soient punis.

Par la force de notre groupe, nous empêcherons qu’il y ait de nouvelles victimes et  nous restaurerons l’Amitié franco-pondichérienne. Nous renforcerons la confiance entre indiens et ressortissants  français pour aider les indiens honnêtes, travailleurs et réellement dans le besoin plutôt qu’être dépouillés impunément au nom de la corruption pour engraisser des malfrats.

En 1995, le gouvernement français était intervenu auprès des autorités de New Dehli pour faire expulser sans condition les squatteurs. Nous devons à nouveau faire entendre notre voix auprès des autorités françaises afin qu’elles aident les Franco-Pondichériens à récupérer leur biens et leur dignité.

Nous comptons beaucoup sur le nombre d’adhérents pour montrer aux autorités françaises et indiennes que nous existons !

Il est temps d’inculquer les vraies valeurs tamoules qui sont  l’Honnêteté, le Respect, l’Entraide, la Tolérance à ces  voleurs qui les ont facilement oubliées pour laisser la place à une cupidité bestiale et criminelle.

Si  vous êtes très occupés par votre vie de famille ou votre vie  professionnelle, nous ne vous demandons pas de vous investir complètement.

Nous ferons les démarches nécessaires, avec votre accord, auprès des administrations, des médias, des institutions politiques et de la justice pour mettre fin à ces situations scandaleuses et prévenir les actes de malveillance.

N’hésitez pas à parler de notre association APPAFP autour de vous. Si vous faites déjà partie d’une association, indienne ou non, demandez aux responsables de nous soutenir dans notre démarche  en rejoignant notre mouvement. L’Union fera notre Force.

 Bulletin d’adhésion de l’association

Agissons ensemble pour le bien de chacun, au nom de  l’amitié franco-indienne !

La loi bafouée à Pondichéry !

Pour ceux qui ont lu nos textes sur le site Actupondy, sachez que grâce au soutien et àla persévérance de notre association APPAFP, un de nos membres a gagné le procès que les squatteurs avaient  intenté contre lui.Ces derniers lui avaient expliqué que la justice indienne était très lente et qu’il fallait mieux payer une forte rançon pour récupérer sa propriété. Notre membre a refusé ce chantage et il a bien fait.

En effet,1 an après, le juge a annulé la demande des squatteurs de ne pas être expulsés et a annulé leur procès.Beaucoup de personnes et de responsables d’associations franco-indiennes nous ont dit qu’il était exceptionnel de gagner en si peu de temps.

Cela prouve que si nous agissonsENSEMBLE, nous pouvons obtenir des résultats concrets en faveur des victimes !

Malheureusement, le combat n’est pas fini à cause de la mauvaise foi des autorités indiennes.

Avant le procès, la police avait dit « qu’elle se ferait un plaisir » d’expulser les squatteurs  si notre  membre gagnait le procès.Elle n’a pas tenu sa promesse !

Malgré le verdict  du juge et nos plaintes déposées auprès des différents hauts fonctionnaires de police de Pondichéry, la police du quartier a refusé d’expulser les squatteurs en prétextant qu’il fallait entamer une procédure d’éviction. Notre avocat  leur a expliqué que cette procédure d’éviction se faisait uniquement entre un propriétaire  et son locataire .Puisque  ceux sont des occupants illégaux, c’est à la police de les expulser.

Mais Ils ont refusé de l’écouter.

L’un des responsables de police, avec un tableau de Gandhi accroché au mur de son bureau, a rajouté  avec dédain qu’il y avait « plein, plein »de victimes qui venaient le voir à ce sujet.

Alors qu’attend-il pour enrayer ce fléau si la police en est consciente?

Ou plutôt, qu’attend-il  vraiment de la part des victimes pour faire son travail ?…

Le Consul Général de France, Mr Pierre Fournier est intervenu en notre faveur auprès du Lieutenant-Gouverneur de Pondichéry, Dr .Iqbal SINGH  et du Chief Secretary de Pondichéry.

Il s’est impliqué personnellement en se portant garant de la protection de la maison de notre membre.

Il nous a demandé d’être patients.

C’est tout à son honneur d’intervenir en faveur des victimes et nous le remercions vivement pour son courageux soutien.

Mais sauf son respect, comment pouvons-nous encore rester patients alors que ces actes de malveillances perdurent depuis plus de 40 ans à Pondichéry.

Comment pouvons-nous rester patients lorsque les autorités indiennes imposent aux victimes de respecter la loi puis refusent d’appliquer cette même loi pour expulser les squatteurs alors qu’elle  donne raison aux victimes ?

Comment pouvons-nous rester patients lorsqu’il faut faire intervenir les hautes autorités françaises et indiennes pour que la police de Pondichéry fasse un simple travail d’expulsion.

Tous ces faits précis et les réactions négatives des uns et des autres démontrent ce que tout le monde suppose depuis longtemps:

La loi est bafouée par la corruption à Pondichéry et les victimes sont laissées à leur sort même si la justice est de leur côté.

Dans le cas de la police, soit une majorité des policiers est corrompue et ils préfèrent que les squats continuent pour leur profit personnel, soit ils sont honnêtes mais  n’osent pas aider les victimes par peur d’être sanctionnés par des personnes haut placées, comme par exemple des hauts fonctionnaires de police, des ministres ou des MLA cupides et criminels.

Dans tous les cas, la police est dans l’illégalité lorsqu’elle demande aux victimes de squat et de spoliation derespecter la loi et qu’elle ne la respecte pas elle-même.

Plus grave encore, la réaction passive des hautes autorités indiennes vis à vis des victimes ne montrerait-elle pas qu’à travers ces actes de malveillance qui ne cessent d’augmenter dramatiquement avec la complicité ou l’impuissance de la police, il y aurait une politique  de spoliation des biens de tous les Franco-Pondichériens pour en faire des Guest- house ou des magasins à touristes ?

Le doute est permis  quand on voit tous ces immeubles de mauvaise facture collés les uns aux autres qui poussent rapidement et défigurent Pondichéry.

Il est temps que les hautes autorités indiennes nous prouvent que l’Amitié franco-indienne est respectée  en  agissant avec vigueur  en faveur des victimes.

De notre côté,nous avons respecté la loi et avons gagné le procès.La loi doit être respectée par tous !

Y compris par la police qui doit l’appliquer sans délai et expulser les squatteurs.

Y compris par les squatteurs qui doivent respecter le jugement et partir immédiatement.

Y compris par les responsables politiques ou autres dignitaires véreux qui doivent cesser d’utiliser leurs voyous pour récupérer nos  biens ou mettre la pression sur la police pour ne pas intervenir en faveur des victimes.

Il est temps que les Franco-Pondichériens aient leur propre révolution et nous rejoignent pour dénoncer ces vols en bande organisée dirigés par ces individus au sourire hypocrite et parlant d’amitié franco-pondichérienne avec leur langue fourchue.

Il est temps de leur faire respecter la loi et la justice !

Récemment, nous avons appris avec enthousiasme qu’un mouvement de protestation  contre les squats et les spoliations organisé par des Franco-Pondichériens et Pondichériens  a eu lieu face au palais du Lieutenant-Gouverneur.

Voilà des personnes  courageuses qui ont su manifester en étant conscientes que  la police ne ferait rien pour les protéger et que les voyous pouvaient les punir pour avoir manifesté.

Voilà de vrais TAMOULS, droits, courageux et solidaires réagissant contre cette injustice dans un état qui n’a plus de respect pour la loi.

Voilà un exemple à suivre par tous les indiens!

Que les personnes qui ont organisé ou ont des informations sur ce mouvement de protestation nous contactent rapidement en utilisant les adresses e-mails plus bas.Nous resterons discrets au sujet de leur identité. Notre association APPAFP  souhaite unir notre force à la leur face à ces corrompus.

Quant aux propriétaires de biens à Pondichéry, nous vous  conseillons vivement de sensibiliser dès maintenant vos enfants sur vos biens.

Quand vous ne serez plus à leur côté, il est certain que vos enfants se feront voler par ces vautours de Pondichéry. Certains de nos membres sont des enfants de propriétaires défunts ou des propriétaires âgés.Ce sont des victimes parfaites pour être manipulées ou bousculées facilement pour se faire spolier .Un de nos membres a eu la mauvaise surprise de trouver un salon de coiffure sur  son terrain alors que son défunt père avait gagné son procès à la cour suprême de New Delhi contre le squatteur! L’héritier a décidé de ne pas baisser les bras et se bat avec notre soutien.

Ce bien que vous avez acquis avec votre sueur,  doit revenir à vos enfants et non à ces voleurs.

Vos enfants doivent s’impliquer maintenant avant qu’il ne soit trop tard pour eux !

Nous finirons en nous adressant aux hauts dignitaires indiens qui nous liraient ou qui auraient eu vent de nos discours.

L’Inde est devenu un pays économiquement puissant.Mais la corruption que vous cherchez, sans succès, à cacher derrière un sourire de façade  détruit cette image de grand pays.

Excepté vous-mêmes, personne n’est dupe. Le monde entier sait que l’Inde est un pays gangréné par la corruption. C’est cette cupidité et votre trop grande susceptibilité à la critique constructive qui sera la perte de  l’Inde.

Nous avons Plusieurs témoignages de jeunes entrepreneurs français qui hésitent à investir à cause de ce fléau. Et nos témoignages de victimes les rendent encore plus nerveux.

Messieurs, nous sommes fiers de nos origines indiennes. Nous véhiculons une image de personnes travailleuses, honnêtes, serviables et respectueuses.

Mais nous avons honte de ce que l’Inde est en train de devenir et comment elle nous traite.

Cette cupidité grandissante n’est pas représentative de nos valeurs et nous la dénonçons partout où nous allons car ce n’est plus  l’Inde de Gandhi.

Aujourd’hui et pour toujours, un grand pays comme l’Inde se doit d’être exemplaire aux yeux de tous. Ce sera la clé de sa véritable grandeur et de notre fierté à tous !